Animateurs, animatrices : cinq conseils pour vous faire recruter cet été

Devenir animateur signifie passer son BAFA, mais aussi et surtout trouver un organisme qui embauche. Pour certain(e)s, cette recherche n’a rien de simple… et cette démarche est d’autant plus complexe quand on est jeune dans le métier et qu’on a peu d’expérience. Comment faire en sorte que son CV soit distingué au milieu de (très) nombreux autres ? Voici cinq conseils pour vous aider.

Quelques conseils pour rejoindre la grande famille de l'animation cet été. Comment se faire recruter ? Vitacolo te donne des conseils.

1- Consulter le projet éducatif de l’organisme

Eh oui, les organismes ne défendent pas tous les mêmes valeurs pédagogiques. Certains souhaitent que l’enfant « passe de bonnes vacances » et d’autres qu’il « apprenne à bien vivre en collectivité ». Entre les deux, la différence peut être grande.

Aussi, avant de vous précipiter pour répondre à une annonce, consultez le projet éducatif de l’organisme… et intéressez-vous aux moyens qui vous seront alloués, au nombre de collègues sur lesquels vous pourrez compter, et au public que vous encadrerez. Si ça ne vous convient pas, passez votre chemin. C’est parfaitement légitime et ça vous évitera de vous demander après coup ce que vous êtes venu faire dans cette galère…

2- Vérifiez les dates !

Si vous saviez ce que c’est exaspérant pour un employeur de recevoir des candidatures pour de mauvaises dates. « Je suis disponibles du 5 au 15 juillet »… C’est ballot, parce que nos colos commencent le 16.

Prenez donc le temps de vérifier les dates. Inutile de postuler auprès d’un organisme qui n’organise pas de séjour au moment de vos disponibilités. De surcroît, vous ne donnerez pas une image très sérieuse de vous-même. L’organisateur se dira simplement que vous balancez votre CV à tout-va…

3- Constituez-vous un vrai CV d’animation…

Peut-être que vous faites de brillantes études en médecine ou en droit (voire les deux à la fois si vous êtes vraiment motivé…). Mais en l’occurrence, vous postulez pour travailler dans un Accueil Collectif de Mineurs (ACM), et c’est principalement sur ce domaine que votre futur employeur potentiel va vous évaluer.

Donc, parlez de vos études -et des « à côté » de l’animation- uniquement si vous pensez que cela peut avoir du sens par rapport au poste recherché. Exemple : si vous postulez sur une colo dessin et que vous êtes aux Beaux-Arts, alors oui, précisez-le. Mais si vous êtes en BTS communication, cela a déjà moins d’intérêt.

Surtout, hiérarchisez les informations. Faites en sorte qu’apparaissent en premier lieu sur votre CV vos expériences en animation, ce que vous avez déjà vécu et organisé en colo ou en accueil de loisir. Bref, adaptez votre curriculum vitae. Si vous envoyez le même au Macdo du coin pour y travailler le mois suivant, posez-vous des questions. Et si vous débutez en animation, parlez de tout ce qui peut évoquer vos rapports aux jeux et à l’enfance (baby-sitting, etc…).

4- Évitez les arguments « bateau »

« J’aime les enfants », « J’adore organiser des jeux et des activités en plein air », « Je sais m’adapter quand je travaille en équipe »… Oui, on l’espère bien. Ce serait même un peu inquiétant que vous racontiez le contraire ! Mais un employeur s’attend aussi à ce que vous lui disiez autre chose dans votre lettre de motivation. Par exemple, pourquoi vous choisissez spécifiquement cet organisme et ce séjour. Ou encore quel type animateur vous êtes, avec quels jeux vous êtes à l’aise, avec quelle tranche d’âge vous appréciez de travailler et pourquoi…

D’une manière générale, dites-vous qu’une lettre de motivation convient pour une candidature et une seule. Si vous envoyez la même à des dizaines d’organismes, vous serez évidemment contraint à vous en tenir à des lieux communs, et votre lettre ressemblera à 95% de celles que reçoivent les organismes avant l’été. Bref, personnalisez votre envoi.

5- Recherchez des thématiques qui vous correspondent !

Dernière recommandation (mais pas des moindres) : orientez votre candidature en fonction de la thématique de la colo ! Peut-être que vous êtes un cavalier émérite que que vous avez passé avec brio votre septième galop… mais si vous postulez à un colo cinéma, ça ne vous servira probablement pas à grand-chose ! Mieux vaut alors vous focaliser sur votre capacité à utiliser une caméra et un logiciel de montage.

D’une manière générale, un recruteur se posera la question suivante : « Qu’est-ce que cette personne peut apporter sur ce séjour-là ? » Il faut que votre CV et votre lettre de motivation réponde à cette question. Si c’est le cas, vous aurez des chances d’être appelé(e).

Et en point-bonus…

Petit exemple vécu…

- Âllo ?

- Bonjour, je recherche une colo pour mon fils…

- Bien, quelle colo Madame ?

- Non, je veux dire : il voudrait être animateur sur l’une de vos colos…

- …

Eh oui, ça arrive : quelques candidats font confiance à leurs parents pour trouver un job dans l’animation. C’est évidemment à proscrire à tout prix, même si vous n’êtes pas très à l’aise au téléphone. Faire vos démarches vous-même ne vous garantit pas de décrocher le poste. Mais le faire faire par une tierce personne vous assure presque à coup sûr de ne pas être pris (du tout) au sérieux…