Qu’est-ce que le BAFA ?

Votez pour Qu’est-ce que le BAFA ? :
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (17 vote(s), Moyenne : 5,00 / 5)

« Brevet d’aptitude aux fonctions d’animateur »… Certes, mais encore ? A quoi sert le BAFA ? Qui le délivre ? Où te permet-il de travailler ? Quelques précisions sur le sujet te seront utiles si tu souhaites passer le BAFA.

Des formateurs passionnés et compétents La connaissance des différentes tranches d'âge est au programme de formation du BAFA.

Le BAFA en quelques mots…

Techniquement, BAFA signifie « Brevet d’Aptitude aux Fonctions d’Animateur ». Ce diplôme, non-professionnel, permet d’encadrer des enfants et des adolescents mineurs dans le cadre d’un Accueil Collectif de Mineur (ACM). Le plus souvent, un ACM désigne :

- un centre de loisir

- un accueil de jeunes

- un séjour de vacances

- un accueil de scoutisme

Le BAFA peut également être demandé pour travailler dans d’autres cadres, par exemple dans le secteur de l’accueil périscolaire. Très souvent, les personnes disposant du BAFA sont embauchées dans le cadre d’un Contrat d’engagement éducatif (CEE). Mais ce n’est pas toujours le cas. Avec le BAFA, on peut aussi travailler dans un cadre plus « classique » (en CDD ou en CDI).

Il n’y a pas de condition particulière pour passer son BAFA si ce n’est celle de l’âge : tout candidat doit avoir au moins 17 ans au premier jour de la formation. Pour plus de précisions, découvrez le décret relatif au BAFA et au BAFD sur le site Légifrance.

Qui donne le BAFA ?

Le BAFA est délivré par la Direction Départementale de la Cohésion Sociale (DDCS), qui dépend elle-même du Ministère chargé de la Jeunesse et des Sports. C’est la DDCS de ton département de résidence qui te donnera ton diplôme une fois que tu auras validé les trois étapes de formation du BAFA. Elles sont les suivantes :

- Une session théorique de base

- Un stage pratique auprès d’un organisme

- Une session théorique d’approfondissement

Le ou les organismes auprès desquels tu te formes ne donnent que des avis sur ton parcours. In fine, c’est la DDCS qui a le dernier mot. Cependant, dans les faits, l’avis des organismes est très souvent déterminant. La DDCS suit quasiment toujours l’avis des organismes formateur quand celui-ci est positif. En revanche, si un avis se révèle négatif, la DDCS peut être amené à s’intéresser davantage à la situation du candidat et à « creuser » un peu afin de déterminer si elle suit ou pas cet avis.

Parler de « DDCS » est d’ailleurs un peu abusif. Techniquement, un jury se réunit plusieurs fois par an pour examiner les dossier BAFA des candidats. Il est composé d’agents de la DDCS, mais aussi de représentants d’Accueils collectifs de mineurs et d’organismes de formation.

Tout est désormais dématérialisé : la gestion d’un dossier BAFA se fait sur internet, depuis l’inscription du candidat jusqu’à l’obtention du diplôme. Tu peux donc suivre en ligne l’évolution de ta formation et la validation des différentes étapes. Cela se fait sur le site de Jeunesse et Sport. Tu dois d’ailleurs commencer par t’inscrire sur ce site pour débuter ta formation BAFA : cela te permettra d’obtenir ton numéro d’inscription. Il te sera demandé par les organismes auprès desquels tu vas te former.

Qui peut former au BAFA ?

Les formations théoriques (BAFA 1 et BAFA 3) sont assurées par des organismes agréés par le Ministère de la Jeunesse et des Sports. Depuis 2014, Vitacolo fait officiellement partie des organismes agréés et peut former des stagiaires BAFA de tous les horizons en Rhône-Alpes.

Les stages pratiques peuvent quant-à-eux être validés par tous les organismes proposant des accueils collectifs de mineurs. Il est très facile de trouver des organismes formateurs aux sessions théoriques : les mairies et les Bureaux information Jeunesse (BIJ) disposent souvent de listes, sans parler… d’internet.

Il est également simple de trouver des annonces pour être recruté comme animateur stagiaire pour valider la seconde partie du BAFA. Vitacolo valide ainsi chaque année des stagiaires. Reste à convaincre l’organisme que l’on convient pour le poste.

Obligatoire le BAFA ?

Eh bien… non. Légalement, 50% seulement d’une équipe d’animation est tenue d’avoir le BAFA. 30% de l’effectif peut être en cour de formation (c’est-à-dire avoir validé la session de formation générale) et 20% peut n’avoir aucune qualification.

Techniquement, il est donc possible de faire de l’animation sans avoir le BAFA. Cependant, il est vivement conseillé de le passer. D’abord, cela permet d’acquérir de solides connaissances en matière de pédagogie et d’enfance. Ensuite, il est plus facile d’être recruté par un organisme quand on est titulaire du BAFA.

A lire aussi : nos formations BAFA en Rhône-Alpes