Accueil > Notre pédagogie > Trouver votre séjour > Le niveau des galops en équitation

Le niveau des galops en équitation

En équitation, des examens pratiques et théoriques sanctionnent les progrès des cavaliers. Si ces derniers réalisent correctement les différentes épreuves auxquels ils sont soumis, ils obtiennent un diplôme appelé « Galop ». Il existe sept niveaux de galops, dont le contenu est fixé par la Fédération Française d’équitation. Précisions…

Galop en colo Le Galop en colo

Les galops :

Galop 1

Il s’agit d’un galop « découvert », qui s’adresse aux débutants. A pied, le cavalier doit savoir mener son cheval sur un itinéraire connu. A cheval, il doit savoir mener l’animal au pas, au trot enlevé et au galop sur quelques foulées.

Galop 2

Le cavalier doit être en mesure de panser et de préparer son cheval (installation du filet et de la selle). Il doit être capable d’effectuer des parcours dont l’allure a été fixée à l’avance, et d’alterner les positions assis et en équilibre sur les étriers.

Galop 3

Les exigences du galop 2 sont renforcées. Le cavalier doit pouvoir entretenir le matériel, et s’occuper des sabots de son cheval. En plus des parcours avec contrat d’obstacle, il doit pouvoir effectuer des sauts de 50 cm, et enchaîner des sauts rapprochés.

Galop 4

Le cavalier doit savoir équiper un cheval pour le travail et le transport. Sur sa monture, il doit être en mesure d’effectuer, en plus des trajets vus précédemment, des sauts de 60 cm. Enfin, il doit être capable de faire une analyse de sa prestation à cheval.

Galop 5

Le cavalier doit savoir organiser le transport de l’animal dans un van ou un camion. A cheval, il doit être capable de prendre le galop avec précision, et d’enchaîner des parcours de dressage et de saut. Enfin, il doit être capable d’aller en extérieur et de maîtriser les 3 allures sur tous les terrains.

Galop 6

Le cavalier doit maîtriser la longe et être capable de faire passer des obstacles à son cheval ou son poney. En plus des obligations du galop 5, il doit être capable d’effectuer des sauts en terrains variés.

Galop 7

Entre autres obligations techniques, le cavalier doit être cabale de franchir des obstacles d’un mètre dix, et d’enchaîner notamment des parcours complexes de CSO.

 

Passer un galop en colonie de vacances

Un organisme de colonie de vacances n’est pas habilité à apprécier les progrès d’un cavalier, ni à délivrer un galop. De même, il ne peut assurer une reprise d’équitation pour des cavalier, quels que soient leurs niveaux. L’organisme doit donc travailler avec un centre équestre et s’assurer les services d’un moniteur disposant du brevet d’Etat d’équitation.

L’obtention du galop dépend donc non pas de l’organisme, mais du moniteur du centre équestre. Celui-ci évalue les jeunes et leur délivre ou non le diplôme. Il faut noter que, même si l’on n’obtient pas son galop, on peut en valider certaines parties (par exemple, on peut manquer la partie théorique et réussir la partie pratique).

Le rôle de l’organisme est donc organisationnel. Il définit au préalable avec le prestataire le nombre d’heures d’équitation et répartit avec lui les jeunes par niveaux. L’organisme assure par ailleurs tout le reste : activités hors thématique, vie quotidienne, temps des repas et des douches… Bref, il assure l’animation au quotidien, dès lors que l’on n’est pas à cheval !

Galop en colo Les séjours équitation de Vitacolo