L'habilitation BAFA, qu'est-ce que c'est ? Les explications de Vitacolo

Accueil > Devenir animateur.rice > Passer le BAFA avec Vitacolo > L'habilitation BAFA, qu'est-ce que c'est ? Les explications de Vitacolo

Comment obtient-on l’habilitation permettant de former au BAFA ? Qui la délivre ? Quelles sont les obligations des organismes ? Précisions de Vitacolo sur le sujet.

Que permet l’habilitation ?

Si on se réfère au texte légal, l’habilitation permet « d’organiser les sessions de formation conduisant à la délivrance des brevets d’aptitude aux fonctions d’animateur et de directeur en accueils collectifs de mineurs. »

Cependant, un distinguo est fait entre la formation au BAFA (animateurs) et au BAFD (directeur) : les habilitations ne sont pas les mêmes. Ainsi, Vitacolo a obtenu l’habilitation de former au BAFA uniquement, par arrêté du 18 décembre 2013. Malheureusement, les différentes stratégies politiques amènent les années à ne pas se ressembler et Vitacolo ne pourras accueillir de BAFA durant l'année 2018. Nous espérons pouvoir ouvrir rapidement nos formations dès 2019!

Habilitation nationale ou régionale

Les habilitations de formation BAFA / BAFD sont de deux types : nationale ou régionale. Dans le premier cas, l’organisme est autorisé à proposer ses formations partout en France. Dans le second cas, l’organisme peut proposer ses formations uniquement dans la région où il a obtenu son habilitation (plusieurs régions peuvent être concernées). Dans les deux cas, l’habilitation permet l’organisation des sessions théoriques et d’approfondissement / de qualification.

Qui donne l’habilitation ?

Dans le cas de l’habilitation nationale, l’organisme doit retirer son dossier de candidature directement auprès du Ministère de la Jeunesse et des Sports. Dans le cas de l’habilitation régionale, le dossier de candidature doit être retiré auprès de la Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale (DRJSCS).

Un dossier conséquent…

Dans les deux cas, le dossier est extrêmement conséquent. L’organisme doit donner des précisions sur les formations qu’il délivre en interne, sur la manière dont il conçoit les inscriptions, sur l’information qu’il délivrera aux futurs candidats, sur l’accompagnement et le suivi des stagiaires, sur ses outils et ses supports pédagogiques… Le contenu des sessions doit également être précisé.

Instruite par l’organisation de ses week-ends animateurs et directeurs, Vitacolo avait déjà une réelle expérience en matière de formation. Elle a insisté, dans le dossier, sur la notion de projet et sur l’esprit de bienveillance qui prévaudrait lors de ses formations BAFA. Vitacolo agit également en mettant à disposition des documents pédagogiques sur son site internet à destination des animateurs. Elle fournit également une documentation conséquente aux formateurs.

Les obligations des organismes formateurs

Les sessions de formation théorique doivent concourir à préparer l’animateur aux missions suivantes :

- assurer la sécurité physique et morale des mineurs ;

- participer, au sein d’une équipe, à la mise en œuvre d’un projet pédagogique en cohérence avec le projet éducatif dans le respect du cadre réglementaire des accueils collectifs de mineurs ;

- construire une relation de qualité avec les mineurs qu’elle soit individuelle ou collective ;

- participer à l’accueil, à la communication et au développement des relations entre les différents acteurs ;

- encadrer et animer la vie quotidienne et les activités ;

- accompagner les mineurs dans la réalisation de leurs projets.

Dans ce cadre, les organismes doivent mettre en place des programmes permettant de transmettre des connaissances aux candidats sur l’ensemble de ces missions, et de les évaluer sur leurs acquis au terme de chaque formation.

Chaque programme de formation est transmis doit être validée par les services de Jeunesse et Sport avant le début de la session. Le responsable de formation doit rédiger un projet pédagogique. Jeunesse et Sport peut mener des inspections durant une formation, exactement comme cela est le cas pour les ACM.

Un renouvellement tous les trois ans

Comme précisé plus haut, une habilitation n’est délivrée que pour une durée de trois ans. Jeunesse et Sport procède ensuite à un réexamen, en considérant ce que l’organisme a mis en place dans le cadre de ses formations et les résultats qu’il a obtenu.