Animateur en colonie de vacances / Vitacolo

Votez pour Animateur en colonie de vacances / Vitacolo :
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (27 vote(s), Moyenne : 4,59 / 5)

Parents, vous confiez vos enfants à un organisme à qui vous faites confiance… Cet organisme les confie ensuite à des directeurs et animateurs de séjours. Qui sont-ils ? Pourquoi font-ils des colos ? Découvrez le profil de nos animateurs.

Animateur et parents Chez Vitacolo, les animateurs sont formés par l'organisme.

1. La formation des animateurs de colo

Nombre d’animateurs diplômés BAFA par colo:

La loi impose de recruter un animateur tous les 12 enfants inscrits en colo (voir les précisions d’encadrement légal sur le site colonie-de-vacances.com). Sur ce taux d’encadrement, 50% de l’effectif doit être diplômé BAFA. Vitacolo recrute un animateur pour 5 enfants inscrits. Sur ce taux d’encadrement, nous avons en général plus de 70% d’animateurs diplômés BAFA.

Nature de la formation:

Le BAFA n’est pas réellement un « diplôme ». C’est plutôt une formation. Il est en effet assez rare qu’un candidat au BAFA soit recalé à l’issue de l’un de ses stages théorique ou pratique. L’animateur se forme donc tout au long de son cursus BAFA sans pour autant que son niveau soit sanctionné de façon stricte et définitive par les formateurs.

Étapes de la formation:

La formation BAFA s’articule en 3 stages successifs : tout d’abord, un stage théorique général d’une durée de 8 jours minimum, organisé par une association habilitée par Jeunesse et Sports. Puis, un stage pratique effectué en colo ou en centre de loisir, d’une durée de 14 jours, à l’issue duquel le directeur attribue une appréciation et une validation au stagiaire.

Enfin, un stage d’approfondissement, d’une durée de 6 jours, permet d’obtenir une qualification ou un perfectionnement dans un domaine spécifique : canoé kayak, organisation de spectacle, surveillant de baignade, colonies ski, activités manuelles ainsi qu’une multitude d’autres thématiques.

Cette formation suffit-elle à garantir de bons animateurs ?

Soyons clairs: aucun professionnel honnête ne pourra valablement affirmer que le BAFA est une garantie de sérieux, et de fiabilité de l’animateur. En revanche, il permet de s’assurer que l’animateur n’est pas totalement débutant, et qu’il connaît quelques bases fondamentales telles que la journée-type en colo, les jeux et activités les plus connus, ainsi que les besoins essentiels de l’enfant.

S’il est inconcevable de se fier au simple diplôme BAFA pour effectuer un recrutement de qualité pour des séjours, en revanche nous encourageons nos animateurs à compléter leur formation BAFA jusqu’au bout afin qu’ils puissent bénéficier de connaissances théoriques plus étendues que ce qu’ils pourront simplement apprendre sur le terrain. Un bon animateur pourra, grâce au BAFA, devenir un animateur plus complet, plus compétent et probablement plus imaginatif.

2. Quelles sont les compétences recherchées ?

La compétence pédagogique

Nous recherchons des animateurs ayant pris conscience d’une chose essentielle : même si la thématique est attractive, même si l’organisation d’activités « qui en jettent » est souvent considérée comme le principal travail  de l’animateur, la gestion de la vie quotidienne demeure l’élément le plus essentiel de sa fonction en colo.

accueil des enfants en colo Temps passé avec enfants

Les animateurs doivent avoir conscience du fait que leur concentration, leur implication auprès des enfants doit être au maximum lors des temps de vie quotidienne, c’est-à-dire le lever, le petit-déjeuner, la toilette, les repas, les temps libres, les douches et le coucher. Ces moments sont de vrais temps d’animation, de partage, qui permettent de prendre conscience de la richesse de la vie en collectivité.

Pour le reste, les directeurs sont entrainés à rechercher la complémentarité de l’équipe. Il faut, dans une équipe, des profils variés avec des qualités telles que : l’imagination, la créativité, le sens pratique, la capacité d’organisation, le sens de l’humour, les capacité d’expression, le perfectionnisme, etc…

Enfin, le directeur doit vérifier que son équipe ne comprend pas uniquement des leaders, ou au contraire une trop grande proportion de personnes se plaçant en retrait au sein d’un groupe. Il faut parvenir à une synthèse afin que chacun trouve sa place. La capacité d’écoute, dans tous les cas, est essentielle pour exercer la fonction d’animateur.

Pour plus d’information sur les méthodes de recrutement des animateurs, vous pouvez vous référer à cet article détaillé concernant les entretiens d’embauche.

La compétence technique

Les animateurs recrutés par Vitacolo doivent encadrer des colos à projet. Cela nécessite une connaissance approfondie de la thématique afin d’entrainer les enfants dans le projet. Par exemple, pour la colo « Star d’un soir », nous avons besoin d’animateurs spécialistes du chant, de la guitare/basse, de la batterie, du théâtre et de la danse, mais aussi d’un animateur sachant gérer une régie complète.

Nous allons donc privilégier des profils d’animateurs étudiants en art du spectacle, en BTS son et lumière, en musicologie , mais aussi des personnes suivant une formation de direction de chœurs ou d’orchestre, ou encore des animateurs sortis du conservatoire. Parfois, une longue pratique de l’activité concernée peut suffire. Par exemple, sur la colo cuisine, des animateurs dont la cuisine est la passion peuvent avoir un niveau supérieur à des étudiants en CAP cuisine. Pour transmettre aux enfants le savoir-faire en matière de service, nous ciblons principalement des étudiants en école hôtelière, ou ayant travaillé dans des restaurants.

Attention toutefois : pour certaines colos, Vitacolo recrute des « intervenants », qui ne sont pas des animateurs dans le sens où ils n’interviennent que dans le cadre de l’activité spécifique qu’ils encadrent (mais pas du tout dans la vie quotidienne). Par exemple, notre cuisinier de la colo Je monte mon restaurant donne des cours de cuisine aux enfants afin de leur transmettre des compétences qui leur seront utiles pour monter leur resto. Il n’intervient pas le reste du temps et n’est pas sur un régime juridique identique à celui de nos animateurs.

Notez par ailleurs que les animateurs peuvent être amenés à remplir des rôles spécifiques, notamment celui d’assistant sanitaire et de responsable de blog du séjour.

Régie animation Animateur colo musique
Animateur multimédia Animateur cuisine

3. Quel est le « profil-type » des animateurs de colo ?

Des animateurs enthousiastes

Les animateurs de colo ne sont pas, dans l’extrême majorité des cas, des professionnels. La plupart des animateurs recrutés en colo ont le profil suivant : étudiants ou jeunes diplômés entre 19 et 30 ans, ayant une compétence spécifique dans un domaine utile à la réalisation du projet du séjour.

Nous avons constaté que les étudiants ont une motivation, un engagement et une capacité d’adaptation souvent supérieurs à ce que l’on trouve chez les animateurs « à l’année », travaillant en classes vertes, mairies et centres de loisir. De plus, grâce à leurs études, leurs habitudes de vie en dehors de l’animation et leur fraîcheur, ils apportent avec eux le dynamisme et l’enthousiasme qui fait la réussite des colos à projet.

Un réel engagement éducatif

Les animateurs de colo sont dans l’extrême majorité des cas des personnes ayant un réel engagement éducatif, dans la mesure où le salaire qu’ils obtiennent n’est pas à la hauteur de ce qu’ils peuvent gagner en travaillant dans un autre secteur, tout aussi facile d’accès (jobs d’été habituels en restauration, grande distribution, garde d’enfants…). Il n’est pas non plus facile ou reposant. Les animateurs recherchent dans les colos 3 grandes satisfactions :

– Les moments inoubliables que seules les colos peuvent créer : moments de joie collective, d’amitiés très fortes entre les enfants, de synergie autour de veillées et grands-jeux mémorables… Les animateurs, dans leurs lettres de motivation, insistent quasiment toujours sur leur envie de faire passer des moments inoubliables aux enfants, mais aussi de transmettre des valeurs, d’assurer la sécurité d’autrui, de se rendre utiles et responsables. Leur premier plaisir  est donc avant tout de voir les enfants évoluer, s’améliorer, trouver leur place et passer de bons moments en collectivité. S’occuper des autres, se rendre utile, sont des préoccupations très fortes chez les jeunes de 18 à 30 ans.

- La mise en valeur de leurs compétences, et l’acquisition de nouveaux savoirs-faire. L’éducation populaire, c’est avant tout l’amélioration de l’individu tout au long de sa vie, à travers le prisme de la vie en collectivité. Si les enfants partent en colo pour trouver leur place au sein d’un groupe, il en va de même pour les animateurs qui doivent se situer dans l’équipe, se positionner par rapport aux enfants, prendre des responsabilités, exercer des choix… À l’évidence, aucun job d’été ou petit boulot ne permet d’évoluer autant dans sa vie personnelle et dans son rapport aux autres.

- La découverte de nouvelles régions, de nouvelles activités, de nouveaux milieux sociaux… Les colos sont un excellente moyen de voyager dans tous les sens du terme.

Ces 3 grandes motivations correspondent aux 3 principales valeurs de l’éducation populaire (à notre sens): devenir responsable, savoir vivre en groupe, et s’ouvrir aux autres (ce qui passe par la découverte, l’expérimentation)

4. Quelles sont les conditions de travail des animateurs de colo ?

Les horaires

Les animateurs de colonie de vacances sont responsables des enfants 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Toutefois, Vitacolo s’organise pour permettre un temps de repos suffisant. Cela est rendu possible par le taux d’encadrement renforcé. Nous insistons systématiquement auprès des animateurs pour qu’ils prennent bien le temps de dormir, car leur capacité d’attention et leur patience peuvent fortement diminuer en cas de fatigue chronique. La gestion de la fatigue est une priorité.

La vie en collectivité

Les animateurs vivent dans les mêmes conditions que les enfants : chambres collectives, repas collectif, partage des locaux. Ils disposent donc d’une intimité limitée, en dehors de leur jour de congé. Comme pour les enfants, cette vie en collectivité est source de moments inoubliables… mais aussi parfois de tensions. Les équipes d’animation, et particulièrement le directeur, doivent avoir la capacité à maintenir une bonne entente professionnelle. Il est rare que des conflits importants frappent une équipe, mais lorsque cela arrive, une médiation doit être organisée.

Les équipes permanentes de Vitacolo peuvent être amenées à intervenir sur ce genre de missions. Dans tous les cas, les enfants ne sont jamais conscients des divergences pouvant exister au sein d’une équipe. Dans la quasi-totalité des cas, le fait de travailler en groupe crée une cohésion durable entre animateurs, qui n’hésitent pas à repartir plusieurs fois ensemble sur de nouveaux séjours, une fois que leur complémentarité à fait ses preuves et créé des amitiés solides.

Le statut juridique

Les animateurs sont recrutés sous contrat d’engagement éducatif, un contrat dérogatoire du droit du travail. Ce contrat prévoir une rémunération minimale d’une vingtaine d’euros par jour, une présence 24 heures sur 24 sur le terrain, un jour de congé par semaine et des cotisations qui sont calculées non pas sur le salaire brut mais sur une base forfaitaire d’une dizaine d’euros par jour. Les animateurs de Vitacolo sont rémunérés 10 euros de plus que le minimal fixé par le CEE, soit 33 euros par jour en comptant la prime de congés payés.

Cela représente environ 370 euros net pour nos colos de 13 jours.

Le statut des animateurs se situe donc clairement entre le bénévolat et le salariat. L’indemnité perçue ne couvre en rien l’engagement et l’investissement dont font preuve les animateurs pour la réussite des colonies de vacances. Elle permet toutefois à des animateurs de toutes conditions sociales de maintenir cet engagement, en percevant une somme minimale pour ne pas terminer l’été sans un sou en poche.

Malgré la faiblesse de ces rémunération, le coût de l’équipe d’animation (en comptant l’hébergement, la pension complète et les frais de déplacement) représente près de 40% du prix des colos.

Actuellement, la Cour de justice de l’Union Européenne, qui a statué à la suite d’une question préjudicielle du Conseil d’État, demande à ce que le Contrat d’Engagement Éducatif prévoit une période de repos de 11 heures par tranche de 24 heures, pour l’ensemble des animateurs.

En s’organisant un peu, avec un taux d’encadrement comme le notre, nous pensons qu’il est possible d’appliquer cette nouvelle disposition sans augmenter le prix du séjour. Vitacolo a pris position sur la question très débattue de l’opportunité de cette nouvelle mesure, et de façon générale sur l’utilisation du contrat d’engagement éducatif dans l’éducation populaire. L’article est disponible sur notre blog : Contrat d’engagement éducatif et Conseil d’État.

A lire aussi :

Le Conseil d’administration

Nos directeurs

Nos bénévoles