Accueil > Infos pratiques > Nos partenaires > Le collectif Camps-Colos

Le collectif Camps-Colos

L'association Vitacolo a rejoint en 2018 le collectif camp colo après avoir rencontré depuis 10 ans une multitude d'acteurs et d'unions de fédérations des organismes hébergeurs, organisateurs et revendeurs de séjours de Vacances. Et puis en construisant notre identité éducative, notre volonté militante et notre envie de trouver des espaces libres de partages et de dicussions entre paires, en toute confiance et en toute transparence, Vitacolo a décidé de rejoindre ce collectif né en 2015. Alors nous voulions vous préciser les ambitions de ce collectif dans un article

Un groupement libre et indépendant

Le collectif rassemble l'ensemble des organismes militants de l'éducation populaire, qui font de cette dernière un modèle social pour le monde de demain, et non un modèle lucratif et pauvre de sens. 

Ce collectif apparaît en 2015 d'une première volonté de rassembler des acteurs qui ne se retrouvaient pas (ou qui n'avaient pas leurs places) dans des unions plus grandes et souvent trop grandes pour porter une parole nette et claire auprès de nos dirigeants. Ainsi des acteurs du scoutisme français, du MRJC, et de structures d'accueils comme la maison de Courcelles se sont retrouvés. Chaque année, le collectif a proposé de se réunir en accueillant des associations rencontrées dans ses chemins parallèles. 

Vitacolo a rejoint pour une première rencontre le collectif en début 2018. Cette rencontre réunissait une quinzaine d'acteurs allant d'organismes plus ou moins grands. L'idée a été notamment d'échanger sur les sujets que nous partageons : état des associations, habilitation BAFA, belles réussites et reflexions pédagogiques du moment...

Tout cela se fait en pleine liberté et pleine transparence. Il n'y a pas d'adhésion au collectif camps colos et Vitacolo est libre de présence sur les différents temps et combats qu'il défend

La directive "Travel" : un exemple du travail du collectif

Une directive européenne va voir le jour au 1er Juillet 2018 dans la loi française. Cette loi obligera tout organisme de tourisme à s'assurer de la bienséance des prestations qu'ils peuvent engager à leur clients, sous peine de remboursement de tout ou partie de la prestation. Cela devait se faire par l'obligation pour chaque structure de tourisme de déposer dans un fond de garanti 10% du chiffre d'affaire annuel. Tout le problème c'est que la loi ne faisait pas la différence entre agence de tourisme et association d'éducation populaire. 

Le collectif a donc milité durant ces derniers mois pour alerter l'opinion publique et les médias du danger qui planait sur le monde des colos. Car avec une telle contrainte de dépôt, des milliers de structures sans but lucratif auraient fermé leurs portes, laissant le champ libre aux entreprises privées de colonies de vacances, ayant très souvent des buts plus lucratifs que sociaux. 

Une pétition fut mise en place et rassembla près de 5300 signataires, notamment professionels ou bénéficiaires des colonies de vacances ou de camps de scoutisme. La presse s'est intéréssée à notre problématique comme le montre les multiples articles de FranceBleue, BFMTV.comLa VieFranceInter jusqu'à même les matinales ou encore les émissions populaires d'Europe 1 et ailleurs

L'Etat a finalement reconnu le caractère incohérent de cette directive et a exclu les organismes habilités par l'Etat de cette loi. Problème, beaucoup de structures ne le sont pas parce que en création ou trop petite....que faire dans ce cas? 

Le collectif a demandé un RDV avec le cabinet du premier ministre pour finaliser cette dérogation et se réunit le 20 Juin pour la suite de ces actions. 

Un rassemblement pour construire les accueils de demain?

Le collectif travaille notamment sur la mise en place d'un rassemblement au premier trimestre 2019 permettant aux organisateurs et acteurs de séjours de vacances, de camps de scoutisme, de périscolaires, d'accueils de loisirs, etc...de se réunir deux journées pour discuter, partager et échanger nos pratiques afin d'établir un appel à la jeunesse d'aujourd'hui et essayait d'avoir une éducation toujours populaire et accessible au plus grand nombre. 

Affaire à suivre...

 

A lire et à découvrir aussi :